Jeudi, 20 juin 2019
Contact |  Plan du site |  Recherche
Accueil » Théologie » Union spirituelle
Union spirituelle (p. Umaña Montoya) : Introduction
 

Depuis de nombreuses années j’ai étudié La Vraie Vie en Dieu en relation avec la Tradition de vingt siècles de Théologie et avec la Spiritualité chrétienne. Car si La Vraie Vie en Dieu n’avait aucune racine dans l’Ecriture et dans la Tradition elle serait comme un "autre évangile", et Saint Paul nous dit que "Eh bien ! Si nous-même, si un ange venu du ciel vous annonçait un évangile différent de celui que nous avons prêché, qu’il soit anathème" (Ga 1.8).

C’est pourquoi je m’identifie totalement avec le Père Vladimir Zielinski qui s’est proposé "d’interpréter l’expérience de Vassula, dans le cadre de sa Tradition"", (La Vraie Vie en Dieu, Supplément 13, page 263, Edit. du Parvis) car une telle expérience doit être vécue et interprétée "en l’Église", puisqu’elle appartient "à la plus noble Tradition, authentique et apostolique".

L’Église Orthodoxe, bien enracinée dans la Tradition, ne pourrait considérer valable l’expérience de Vassula si elle n’était pas en accord avec cette même Tradition. L’Église Catholique, pleine d’expériences mystiques, ne pourrait non plus accepter le message de Vassula s’il n’était pas en accord avec la tradition d’innombrables saints, mystiques, pères et docteurs de la même Église.

C’est pourquoi il est nécessaire que nous trouvions les racines qu’a La Vraie Vie en Dieu dans l’Ecriture, ainsi que dans les écrits des théologiens et des mystiques de toutes les époques. C’est ce critère qui nous montre l’authenticité de ces révélations ; dans le cas contraire, elles seraient comme un abcès dans la théologie, une tumeur cancéreuse, séparée de la vie de la chrétienté à travers tous les siècles.

Par contre, si nous voyons que La Vraie Vie en Dieu est enracinée dans l’histoire et la Tradition chrétienne, qu’elle se situe dans la même lignée de pensée que l’Esprit Saint a inspiré à l’Église, si nous voyons qu’elle est comme une prolongation, un progrès, une continuation, une explicitation, une maturation de la spiritualité et de la théologie traditionnelles de l’Église, nous comprendrons qu’elle bénéficie de tous les critères d’authenticité.

Voilà donc ma préoccupation pour comparer ces écrits à ceux des grands mystiques, aux écrits des Saints Pères de l’Église, des théologiens de l’ère d’or du treizième siècle, ou à ceux de l’école française du dix-septième siècle, et enfin aux documents du Magistère des Papes jusqu’à aujourd’hui, pour voir avec clarté comme cette révélation est enracinée dans les lignées de la Tradition chrétienne multiséculaires, ce qui lui garantit et lui confirme son authenticité.

Si cette Révélation n’avait aucun lien avec la Tradition, il faudrait dire qu’elle est fausse. Mais comme elle s’enracine totalement dans la Tradition de vingt siècles de christianisme, nous pouvons nous confirmer dans la certitude qu’elle est vraie.
Il convient de préciser que lorsque nous parlons de "révélation" en référence à La Vraie Vie en Dieu, nous ne sommes pas en train de la comparer ni ne la mettons au même niveau que la Révélation Biblique, Publique et officielle de l’Église.

Il s’agit de "révélations privées" qui, se réalisant à l’intérieur de l’Église et étant destinée au peuple de Dieu en général, doit être l’objet de discernement et étudiée dans l’Église et par l’Église. "Ce qui est bon retenez-le" dit Saint Paul (1 Th 5,12 ; 19-21).

"Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s’ils viennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont venus dans le monde" (1 Jn 4,1).

Les "révélations privées" ont toujours été prises en considération par l’Église et, étant reconnues par elle, commencent à appartenir au Patrimoine doctrinal de la même Église.
C’est le cas de Saint Simon Stock, dont les révélations furent reconnues par le Pape Jean XXII ; Benoît XV reconnut celles du Sacré-Coeur à Sainte Marguerite Marie Alacoque, à Paray-le-Monial ;

Pie XII Pie XII a reconnu les apparitions à Sainte Catherine Labouré, rue du Bac, ainsi que celles de Lourdes dans l’Encyclique Fulgens Corona, et celles de Fatima dans les solennités jubilaires de cet événement. D’autres furent reconnues et approuvées récemment, comme celles de Soeur Faustine Kowalska, celles de Banneux et Beauraing en Belgique ou de Betania au Venezuela, et celles d’Anne Catherine Emmerich à sa béatification.

En déclarant que La Vraie Vie en Dieu est une "révélation privée" nous ne donnons pas une approbation ecclésiale, car nous n’avons pas l’autorité pour ce faire ; nous affirmons que c’est une révélation de caractère privé, qui est à l’étude auprès de l’Autorité de l’Église, laquelle est en dialogue officiel et public avec Vassula aux fins de reconnaissance de cette révélation privée. Récemment, le Cardinal Ratzinger a envoyé une lettre aux Evêques de l’Église Catholique, dans laquelle il dit qu’ont été éclaircis tous les points que la Notification de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi avait soulevés ; c’est ainsi que la situation de Vassula n’est désormais plus la même qu’à cette époque, et ainsi a été donné le feu vert pour l’apostolat de Vassula dans l’Église.

LE THÈME

Nous avons choisi comme thème de cette conférence "Le Mariage Spirituel et l’Expérience Trinitaire". Il y a donc deux parties : D’abord une étude sur ce qu’est le Mariage Spirituel, dans l’analogie avec les écrits des mystiques ; et ensuite l’Expérience Trinitaire de ce Mariage Spirituel selon l’expérience de La Vraie Vie en Dieu.

Regardons d’abord ce qu’est le Mariage Spirituel. Il est important que nous nous demandions pourquoi Dieu, dans la Révélation Biblique, dans la vie des saints, dans La Vraie Vie en Dieu, parle toujours en termes de "Mariage Spirituel", "d’Époux-Épouse", de mariage, de fiançailles, de Noces de l’Agneau, du "fiancé" et de la "fiancée" embellie pour son Époux, etc.

La raison est que le mariage est le suprême degré de l’alliance, du pacte, du "contrat" d’Amour entre deux personnes, alliance indissoluble dans l’unité et la fidélité de l’époux et de l’épouse. Toutes les autres formes d’amour humain sont moins pleines, moins définitives, moins parfaites. Seul le Mariage implique une appartenance mutuelle, totale et perpétuelle, le complet dévouement des droits sur tout ce que nous sommes, avons et faisons à la personne aimée.

De là, le mariage se convertit en la plus parfaite Image de Dieu, que nous pouvons retrouver dans les créatures, comme l’affirme le livre de la Genèse 1,26-28 : "Dieu dit : ‘Faisons l’homme à notre image, comme notre ressemblance,....’ Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa."

L’Église primitive s’est demandée comment interpréter ce texte, et les Pères, tant grecs que latins du quatrième siècle ont interprété "l’image et la ressemblance" de l’homme avec Dieu, en tant que de Dieu Père procèdent tant le Fils que le Saint Esprit ; et d’Adam procèdent tant la femme que les fils : " D’un naquirent deux", tant en Dieu qu’en l’homme.

Cette analogie "familière" fût rejetée tant par Saint Augustin que par Saint Thomas, lesquels n’acceptèrent pas que la relation d’amour humain dans le mariage fût une image parfaite de la relation de l’Amour Divin.
Richard de Saint Victor, au XIIe siècle, exposa l’analogie en une forme différente, mais sa sage doctrine tomba dans l’oubli jusqu’au XIXe siècle quand Matthias Joseph Scheeben S.J., Lionel Gendron S.S., Pierre Adnes, S.J., l’exposèrent, la soutinrent et démontrèrent sa validité. Jean Paul II vint à sceller spécialement cette doctrine avec la catéchèse du mercredi, de septembre 1979 jusqu’en avril 1980.

Aujourd’hui, nous pouvons dire que l’analogie familière de la Trinité est une doctrine acceptée par l’Église, à travers le Magistère de Jean Paul II.
Cette analogie nous montre que la Famille humaine, le Mariage, est l’image la plus parfaite de Dieu, dans ce qui est créé ; il en découle que dans les Ecritures Saintes et dans les révélations des saints, comme dans La Vraie Vie en Dieu, l’analogie du mariage spirituel est l’image préférée pour exprimer l’amour de Dieu pour l’humanité, l’Alliance de Dieu et l’homme, le pacte d’amour qui nous unit à Dieu de façon indissoluble, unique, pleine, éternelle, définitive.

 
Autres articles de la même Rubrique :
1. Union spirituelle (p. Umaña Montoya)