Mercredi, 22 mai 2019
Contact |  Plan du site |  Recherche
Accueil » Théologie » Union spirituelle
Union spirituelle (p. Umaña Montoya) : Le Cantique de l'Epoux
 

JE SUIS

Sainte Thérèse d’Avila dit que dans la septième demeure "ce n’est plus nous qui vivons, mais c’est le Christ qui vit en nous" (Ga 2,20) ;
Jésus dit à Sainte Catherine de Sienne : "Je suis celui qui est, et toi tu n’es pas" ;
c’est l’expérience que nous retrouvons dans La Vraie Vie en Dieu, quand le Christ dit : "C’est Moi, Je Suis". Ceci se répète pratiquement à travers toute cette révélation : "Je Suis".
Le verbe "ETRE" est le verbe propre de Dieu : "Je suis Qui Je suis... Je suis Celui qui est" : ("Yahvé" : "Celui qui est").
Je suis : le verbe "être" cesse d’être verbe pour s’unir au sujet "Je" et former ainsi un seul mot : "JE SUIS", qui devient "sujet" de la phrase et réclame un nouveau verbe pour former la phrase :
"Je Suis t’aime, Je Suis vit en toi, Je Suis te protège, etc".
JE SUIS se convertit en sujet, et le verbe "être" devient un substantif. Par exemple :
"Je Suis est Face à face avec toi" (Message de La Vraie Vie en Dieu du 14 février 1991) ;

"Je Suis sera de retour, Je Suis reviendra, Je Suis sera avec nous" (Message de La Vraie en Dieu du 04 mars 1991).

Utilisé à la troisième personne ("C’EST","C’EST le Christ") il devient le sujet grammatical de la phrase : "C’EST le CHRIST" qui vit en moi".
La Vraie Vie en Dieu est une école pour apprendre à écouter dans le fond du coeur la parole du Christ : "Je Suis" ;
c’est pourquoi nous retrouvons chez Saint Jean (Jn 8 v.24, 28, 58), le Christ qui dit par trois fois :
"JE SUIS", sans poser d’attribut ni prédicat au verbe être : "Simplement Il dit : "JE SUIS" ; "Si vous ne croyez pas que "Je suis" vous mourrez dans votre péché" ;
"avant qu’Abraham ne fut, Je suis" ;
"lorsque vous élèverez le Fils de l’Homme, vous saurez que Je suis".

Dans d’autres occasions, le Christ donne un attribut au verbe "être" :
"Je suis le bon Berger, Je suis la Résurrection et la vie, Je suis la Lumière du monde, Je suis le Pain de Vie", etc.
Mais quand Il ne met pas d’attribut, et affirme simplement "JE SUIS, Il dit que "Je suis" signifie "Yahvé, Dieu","Je suis.. Dieu","pour vous, pour toi Je suis... tout" : le Pain de Vie, la Résurrection, le Chemin, la Vérité, la Vie, la Lumière... TOUT !

Le Seigneur nous enseigne à écouter sa voix qui du fond du coeur clame "JE SUIS" ; "Crois que Je suis, que Je suis tout, pour toi ; Je suis ta santé, Je suis la solution de tes problèmes, Je suis la réponse à tes questions, Je suis le pardon de tes péchés, Je suis... Tout !".

C’est le message que La Vraie Vie en Dieu nous donne pour nous enseigner à reconnaître le Christ :
"C’est Moi, n’ayez pas peur".
"C’est Le Seigneur ! JE SUIS, en toi, dans les autres, dans les événements, en tout" ;
"JE SUIS qui vit en toi, qui te guide, te parle, te renforce, pour toi JE SUIS !"

Croire que "LUI EST", que C’est le Christ, là est notre salut.
"En effet si tes lèvres confessent que Jésus est Seigneur et si ton coeur croit que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé" (Rm 10,9-10)

LA SAINTE VIERGE MARIE

La place de la Sainte Vierge Marie dans le Plan de Dieu apparaît lumineuse dans La Vraie Vie en Dieu à travers la révélation de l’Alliance des Deux Coeurs, c’est à dire qu’elle nous montre l’inséparable union qui existe entre le Christ et la Sainte Vierge Marie, non seulement dans la relation "Mère-Fils", mais bien au-delà, dans la coopération de la Sainte Vierge Marie ("socia Christi" : "aide semblable à Lui") à l’oeuvre de la Rédemption et de la Sanctification de l’Église :

La conception Mariale de la "Maternité sponsale", de M J Scheeben (+1888) sur les principes mariologiques, était restée une question théologique qu’aucun théologien n’était parvenu à éclaircir jusqu’à maintenant.
Pour Scheeben, la base de toute la mariologie est dans la conception de la "Maternité sponsale" de Marie, suivant la doctrine de nombreux Saints Pères. Cette conception nous montre Marie comme l’Épouse de Dieu, l’Épouse par excellence, par antonomase, L’Épouse de l’Agneau.

Et c’est précisément la théologie de l’Alliance des Deux Coeurs que nous retrouvons dans La Vraie Vie en Dieu, le fondement de cette conception "sponsale", "nuptiale" de la Sainte Vierge en relation avec Dieu, la Trinité et au Christ.
"Le Pouvoir du Très Haut la couvrira de son ombre" ; "couvrir" la femme signifiait engendrer un fils en elle : l’homme "couvre" la femme. Ce texte insinue une relation "sponsale" de la Sainte Vierge Marie avec Dieu, pour la génération du Verbe Incarné, du Christ.

Beaucoup de textes des Papes le confirment.

Par exemple Léon XIII
(Encycl. Suprem. Apost. 1 Sept 1883) dit : " Libre du péché originel... Elle fut faite épouse du Christ pour sauver le genre humain" ;
"Mère de Dieu et son Épouse, pour le salut de l’humanité" (Const. Ubi Primum).

Pie XI (lettre Auspicatus Profecto, 28 janvier 1933) : "La Vierge Souveraine fut élue Mère du Christ... pour être son épouse dans la Rédemption humaine".

La Vierge Marie, selon la chair est Mère du Christ, selon l’Esprit est Épouse de Dieu, Épouse de l’Agneau, Épouse spirituelle du Christ, partenaire inséparable, divine conjointe, aide nécessaire, dans l’Alliance des Deux Coeurs, Première Libérée, pour être collaboratrice du Christ dans la Rédemption du monde comme co-rédemptrice et médiatrice universelle de la grâce, Mère de l’Église (Paul VI, Vatican II, 21 novembre 1964).

La conception de la "maternité sponsale", ou "épousailles maternelles", nous donne seulement le fondement pour toutes ces prérogatives et grâces concédées à la Sainte Vierge. C’est pour cette raison que la théologie de l’Alliance des Deux Coeurs que nous retrouvons dans La Vraie Vie en Dieu, doit se développer et s’approfondir, car elle contient une richesse immense qui est encore voilée dans ce Mystère de l’Alliance Nuptiale, peu exploré par les théologiens, même par les spécialistes en doctrine Mariale.
Jean Paul II a demandé à une commission de théologiens de faire une étude spéciale sur le sujet, ce qui ne fut pas sans apporter de la lumière à l’Encyclique Redemptoris Mater, qui nous montre Marie inséparablement unie au Christ dans la Rédemption et le Salut du genre humain à travers de sa "Médiation Maternelle" pour l’Église.

Voyons quelques textes de La Vraie Vie en Dieu faisant référence à la Vierge Marie :

" N’as-tu pas entendu, création, que Je suis le Coeur de Son Coeur ? l’Ame de Son Ame, l’Esprit de Son Esprit ? N’as-tu pas entendu que Nos Deux Coeurs sont unis en Un Seul ?
Considère Mon Coeur Rédempteur, considère Son Coeur Co-Rédempteur, considère le Délice de Mon Coeur, qui se lève comme l’aurore, [...]

Aussi, élève tes yeux, création, à la vue de Son Coeur et Je te promets que tu ne cesseras jamais de croître en rayonnement ; ton coeur sera élevé dans la fournaise de Son Coeur et, palpitant de délice et comblé, tu entreras dans Son Coeur comme on entre dans un océan d’amour, puisque les richesses de Son Coeur sont aussi vastes que la Mer qui coule vers toi et toi vers cette Mer. Les Richesses du ciel et de la terre reposent toutes dans Son Coeur et elles peuvent être toutes à toi ! […]

Venons nous faire couvrir de l’ombre de Celle qui fut couverte de l’ombre du Saint Esprit." […] Venez dans l’Arche et vous serez sauvés des eaux tempétueuses du péché, et de périr dans les inondations de péché. Venez et devenez l’enfant promis de la Médiatrice comme résultat de la dévotion que vous aurez eue pour Elle. […]

Venez à la Co-Rédemptrice de votre Rédempteur dont le Coeur brûlant d’Amour fut offert pour être, lui aussi, percé à cause de vous. […] que Mon Sacré Coeur et le Coeur Immaculé de votre Mère sont tellement unis que dans leur parfaite unité, ces Deux Coeurs Divins deviennent Un Seul. […]
Si Je suis dans le Père et que le Père est en Moi, Mon Coeur également est dans le Père et Son Coeur est dans le Mien. […]
Création, ce Grand Signe dans le ciel, la Femme ornée du Soleil, […] J’ai élevé cette Très Sainte Vierge pour être pour vous tous une Colonne de feu resplendissant dans la nuit pour guider vos pas et, le jour, un Soleil pour illuminer votre effrayante obscurité. […]

Et maintenant, Nos Deux Coeurs, unis en Un Seul, vaincront le Douloureux Fléau, non par la force physique ni par la force des armes, mais par l’amour et le sacrifice."(Message de La Vraie en Dieu du 25 mars 1996).
Nous ne pouvons pas citer ici toutes les merveilleuses pages que le Seigneur a dicté à Vassula sur la Sainte Vierge Marie en l’année 1996. Nous ne pouvons que vous inviter à les lire avec soin.

LE CANTIQUE DE L’ÉPOUX

Certains textes du "Cantique de l’Époux" nous confirment ce qui vient d’être exposé jusqu’ici sur la relation nuptiale avec Dieu.

Le Seigneur dit :
"Mes amis, vous aussi vous appartiendrez à l’Époux pour toujours et à jamais" ( Message de La Vraie en Dieu du 25 septembre 1997)
"Je-Suis-qui-Je-Suis est leur Époux." (Message de La Vraie en Dieu du 26 octobre 1997)
" Viens à Moi […] ce Coeur est l’Unique, la Première et l’Ultime place où vos âmes tourmentées trouveront une paix et une douceur éternelles". (Message de La Vraie en Dieu du 2 novembre 1997)

(Vassula commente : […] durant ces moments délicieux, tandis que mon âme jouissait de cette douceur et de cette tendresse ineffables, dans ce repos céleste, ma tête était constamment couverte de caresses. […] tandis que mon âme ressentait l’ébriété, comme prise de vin, le Seigneur me fit goûter, dans Son Coeur, Sa Propre douceur, me rappelant la douce saveur de notre Sainte Communion et, en même temps, ma tête fut recouverte d’un doux parfum, à nouveau comme la Sainte Communion. […])

Le Seigneur lui dit :" Reste ici, reste en Moi, puis viens, avance-toi et reçois-Moi. Fais Mon délice et demeure ici. […] Absorbe Ma Paix et satisfais ton coeur dans ce silence ; jouis de ces moments de grâce et absorbe la douceur que t’offre ton Seigneur. Rafraîchis ton coeur, Ma bien-aimée, et reste dans Mon embrassement et laisse-toi aimer. […]
Viens à Moi et goûte Mon doux amour que J’ai pour toi et que J’ai toujours eu pour toi .
[…] tu seras attirée dans la plénitude de Notre Déité, rendant ainsi parfaite ton union intime avec Nous dans Notre Divin Amour. […] Je te rappellerai qu’en ayant attiré ton coeur si inséparablement dans le Mien, c’était afin que […] notre union soit complète et que ton esprit, à travers Ma grâce, devienne un avec Moi .
[…] Je t’ai donné une grâce de plus : une union matrimoniale, […] délicieuse union entre toi et la Sainte Trinité […] la grâce formidable de Me connaître dans une union intime et de goûter intérieurement, dans la chambre nuptiale de Mon Coeur, Ma Douceur et Mes Baisers Divins.
" (Message de La Vraie en Dieu du 2 novembre 1997)

" Enivrée par la douceur de Mes baisers, ton âme maintenant Me chante des louanges, glorifiant ton Amant." (Message de La Vraie en Dieu du 17 décembre 1997)

" votre union avec Moi sera complète..." (Message de La Vraie en Dieu du 25 février 1998)

"Je suis le Plus Tendre Père" (Message de La Vraie en Dieu du 24 février 1991 ; du 7 décembre 1992 ; du 17 février 1989 ; du 3 mars 1989 ; du 3 novembre 1990 ; du 15 novembre 1990 ; du 15 septembre 1991 ; du 26 février 1995)

" Je suis pour toi comme tu es pour Moi . Nous sommes l’un pour l’autre et en union si complète et si entrelacés qu’une quantité d’âmes M’ont vu en toi et toi en Moi . […] Appelle cela, si tu veux, la folie de Dieu, amoureux à la folie de Sa création." (Message de La Vraie en Dieu du 21 avril 1998)

" Je serai Moi-Même Celui qui les ornera de vêtements de noces, les couronnant de Ma Déité, une couronne royale de splendeur, le diadème de beauté des Mains de la Trinité." (Message de La Vraie en Dieu du 22 avril 1998)

"ne repousse pas Mes clous et Ma couronne d’épines […] Je t’ai couronnée de Mes Joyaux ; Je suis indulgent pour beaucoup de choses mais se débarrasser de ces Joyaux ? jamais !" (Message de La Vraie en Dieu du 24 avril 1998)

"ton âme deviendra aussi belle qu’une épouse revêtue de sa robe nuptiale pour son époux. […] Moi, le Saint Esprit, ton Promis, l’Époux de toute la création, Je sanctifierai ton âme […]
Toutes les âmes auxquelles Je suis uni deviennent des épouses car, dans Notre intimité, Nous les attirons en Nous pour que Nous devenions leur Époux chaque jour de leur vie. Et elles, amoureuses de Nous, se jettent volontairement en Nous et si complètement, pour savourer la plénitude de Notre Divin Amour, qu’elles deviennent un avec Nous...
" (Message de La Vraie en Dieu du 21 juin 1998)

"Moi, qui depuis ta naissance était si impatient de te posséder et de t’épouser, J’aurais volé à toi à ta première invitation et t’aurais marquée de Mon fervent baiser baptismal sur ton front, signe céleste de notre célébration matrimoniale. […]
Je te révélerai la partie la plus profonde de ton coeur et également les profondeurs et la pensée de Dieu […] Nous célébrerons nos épousailles... […]
Mon épouse, épousée et revêtue du Christ […], fragile épouse du Très-Haut et du Père de tous et qui est l’Époux de tous… […]
Tous les saints et les anges déclarent maintenant d’une seule voix mélodieuse : […]

Ô Printemps de l’univers,
Trinité tout Aimable,
Époux absolument adorable, […]

Tu appellerais Ta création […]
à un jour d’épousailles avec Ta Divinité
où, en ces jours de festivité,
Tu partagerais avec eux une union plus intime […]

Tu avais prévu que cette union divine
serait uniquement douceur […]

Tu as donné Ton Saint Esprit
qui les attirerait dans Ta chambre nuptiale
et sur Ton lit matrimonial ,
pour qu’ils s’unissent spontanément à Toi.

Ô Sainte Trinité. […]
Amant de l’humanité, Époux de Ta création,
nous T’adorons
et nous louons Ton Saint Nom Trois Fois Saint."


" Que je sois Ta rose sans épine,
ô Époux le plus délicat
et Toi, que Tu sois mon Eau Vivante."


" Suprême Unité du Père et du Fils, Je Suis ;
Onction pour les pauvres en esprit, Je Suis ;
Prière incessante en vous, Je Suis ;
Époux de vous tous et Compagnon Perpétuel, Je Suis."


"Comme un époux qui pour son épouse
prépare un banquet, […]
aujourd’hui, j’appelle la Vie :
« mon Époux, mon ami, mon frère et ma soeur » ;
le mal ne pourra jamais triompher sur l’Amour,
et là où se trouve l’Amour, Tu es ;
je ne serai jamais désertée..."
( Message de La Vraie en Dieu du 22 juin 1998)

Nous pourrions citer des pages entières, de grande beauté, douceur, tendresse, délicatesse, au point que Vassula elle-même s’inquiétait de ce que penseraient ses frères orthodoxes, si peu habitués à ce langage ; à quoi le Seigneur lui répondit :"Ils s’habitueront quand ils seront au Ciel".