Jeudi, 14 décembre 2017
Contact |  Plan du site |  Recherche
Accueil » F.A.Q. » Les messages sont reçus à travers une écriture automatique. Spiritisme ?
Accusation d'être un cheval de Troie du New Age
New Age ?

Elle en a été elle-même stupéfaite. A une interview de l’Informateur Catholique (n° du 2 avril 1992), elle répond :

Je combats le Nouvel Age ! Comment pourais-je en faire partie ? Nouvel Age, cela veut dire pas d’Eucharistie, pas de chapelet, pas de Pape. Et que disent les messages ? Le Pape, c’est le vicaire de Jésus-Christ ; le chapelet, c’est ce qui va enchaîner Satan ; et l’Eucharistie, ce qui fait la vie de l’Eglise. C’est répété mille fois dans les messages.

De fait, l’assimilation au Nouvel Age relève d’amalgames tout à fait artificiels entre certains thèmes du Nouvel Age et certains mots grapillés çà et là dans les messages de Vassula. Les principales bases de cette accusation sont les suivante 

– "Tout est spirituel", dit Jésus à Vassula (24 août 1987).

Le texte concerne la présence du Christ par la grâce. Cette “présence”, « ce n’est pas quelque chose de physique. Ce n’est donc pas possible de l’expliquer physiquement. »

C’est très juste et important.

– "Le Seigneur, c’est l’Esprit", dit l’Apôtre en 2 Co 3, 17-18.
– "La chair ne sert à rien, c’est l’Esprit qui vivifie", dit Jésus en Jn 6, 63.

D’autre part, on a trouvé trois fois dans les messages de Vassula le mot ère :

– "Oh ! comme je languis de cette nouvelle ère !", dit Jésus (Message du 20 décembre 1988).

“Ere du verseau”, a-t-on commenté. Mais c’est oublier le contexte antécédent immédiat, qui n’a rien à voir avec l’astrologie, mais concerne seulement le règne du Christ qui refera l’unité :

« L’amour manque parmi vous, mais je vous unirai ! Je transformerai ce désert en un lac, et le sol aride en une source. Ensuite, je vous placerai tous dans cette nouvelle terre... » (Message du 20 décembre 1988)

Il s’agit du “ciel nouveau” et de la “terre nouvelle” dont parle l’Apocalypse (21, 1). La suite immédiate explique, on ne peut plus clairement, qu’il s’agit du règne du Christ :

« Ma bien-aimée, mon Royaume sur la terre sera comme il est au ciel. Mon règne viendra ! Oh, comme je languis de cette nouvelle ère ! » (Message du 20 décembre 1988)

Dans l’Informateur Catholique du 12 au 25 avril, Evelyne Bouchard raconte la conversion, grâce à Vassula, d’un jeune homme, engagé durant quatre ans dans le Nouvel Age. C’est en la lisant qu’il a perçu la profondeur de la doctrine catholique, à laquelle il était réfractaire ; la spiritualité du Nouvel Age lui a paru dès lors insignifiante. Il s’est converti à la vérité chrétienne.

Cette accusation-là, c’est le monde à l’envers.

Le Corps du Christ

On a encore reproché à Vassula d’avoir dit dans une de ses conférences que le Christ ressuscité n’a pas de corps physique, mais qu’il est esprit. Elle veut dire tout simplement ce que l’Apôtre Paul dit dans 1 Co 15, 44-45 : Les corps ressuscités ne sont plus des corps “terrestres” mais “célestes”. On est semé corps psychique et on se relève corps spirituel. Il s’agit de la glorification des corps pour la vie en Dieu. Vassula parle ici selon son expérience :

– "Je ne vois pas Jésus par les yeux. Je ne puis le toucher. C’est autrement, à un autre niveau. Mais je n’ai jamais nié qu’il ait un Corps glorieux", m’écrit-elle.

Le 4 décembre 1986, Jésus lui a dit :

– « Rappelle-toi, tu es esprit. Je suis Esprit aussi, et Saint. Je vis en toi et toi en moi. »
– "Il n’as pas nié que j’ai un corps et que Lui a un Corps glorieux !", commente Vassula.
Le péché originel

Le même adversaire s’en prend à une vue particulière que Vassula aurait présentée dans une conférence : l’âme, lors de sa création, a vu Dieu l’espace d’un instant avant d’être unie au corps : ce qui expliquerait sa nostalgie de Dieu. Cette opinion contredirait la doctrine du péché originel.

Je n’ai pas retrouvé cela dans ce qui est publié de Vassula. C’est une de ces libres opinions, qui ont cours en théologie, et dont chacun reste juge. Cela ne contredit pas le dogme du péché originel, dont Vassula parle à plusieurs reprises. L’opinion incriminée exprime, d’une manière imagée, l’orientation vers le Créateur qu’implique la création, où l’âme est marquée de l’empreinte du Créateur, à son image. C’est cela qui explique, selon Blondel et de nombreux théologiens, l’attrait irrépressible de l’infini qui habite l’homme, et qui est une des preuves de l’existence de Dieu. La perspective imagée de Vassula rejoint donc une opinion classique et profonde.

Lire la réponse de Vassula concernant ce dernier argument : cliquer ici.

(Extrait de : R. Laurentin, Quand Dieu fait signe, ed. F.X. de Guibert, 47-50.)

Autres articles de la même Rubrique :
1. Ecriture des Messages
2. Le Nouvel Age (New Age) ?
3. Le Nouvel Age (New Age) ?
4. Le Nouvel Age (New Age) ?