Lundi, 23 octobre 2017
Contact |  Plan du site |  Recherche
Accueil » F.A.Q. » Il y a des erreurs doctrinales dans les messages
Confusion entre les personnes de la Très Sainte Trinité. Interview de Vassula

Extrait d’une série d’entretiens que Vassula a accordés à Jacques Neirynck.

Question de Jacques Neirynck (J.N.) : Quand vous travaillez sous dictée, ou que vous recevez des illuminations, en dehors de l’ange Daniel, est-ce que vous discernez toujours entre le Père et le Fils ?

Réponse de Vassula (V.) : Depuis le début, j’ai toujours été très consciente des trois Personnes de la Trinité et je m’adresse à chacune d’elles et je m’y réfère comme trois personnes distinctes. Au début, mon ange gardien me conduisit au Père qui m’a fait sentir une tendresse extraordinaire et très paternelle. Plus tard, j’eux un mariage spirituel avec le Fils qui m’a demandé de l’appeler Époux, Ami, Frère et saint Compagnon. Même si je l’appelle Père comme il me le permet, il n’y a jamais de doute en moi qu’il est bien le Fils, la seconde personne de la Trinité. Puis, le Père et le Fils m’ont révélé l’Esprit Saint que je considère comme le Gardien de notre âme, notre Lampe, notre Ami, notre Banquet, notre Festivité, la Perle. Le Saint Esprit est amour qui renouvelle, ravive et transfigure nos âmes en colonnes d’un feu ardent pour que nous soyons zélés pour Dieu. Dans la Vraie Vie en Dieu, je parle à l’une des Personnes, puis à une autre, ou je passe d’une Personnes à la Trinité. Celle-ci peut me dire quelque chose, puis le Fils peut poursuivre seul, puis le Père.

J.N. : Vous ne vous trompez jamais ?

V. : Bien sûr que non. Le dialogue commence par "Peace be with you." "La paix soit avec toi". Je sais dès ce moment-là si c’est le Père ou le Christ. Il n’y a pas d’erreur possible. Il n’y a jamais eu de mélange, même si on m’a accusée de mélanger les personne de la Trinité. Ce n’est pas possible que je puisse mélanger, parce que je sais qui parle. Je sais, par exemple, que le Père me parle et puis après le Fils me parle, mais moi je n’ai pas écrit au début que c’est le Père et à la transition que c’est le Fils qui me parle ensuite. Le théologien, qui va lire tout ça, va normalement dire que je fais un mélange.

J.N. : Mais pour vous, c’est toujours parfaitement clair ?

V. : Tout à fait, oui. Je voudrais vous faire partager une vision que j’ai eue, juste un instant, de la Trinité. Ce jour-là, je voyais Jésus qi se tenait debout tandis qu’il me dictait un message. Soudain, sans que rien ne le laisse prévoir, j’ai vu deux autres personnes qui sortaient de lui, une de son côté droit et l’autre de son côté gauche. Ils étaient tout trois identiques. Ensuite, très vite, de la même manière qu’ils étaient sortis, ils ont été absorbés par Jésus qui s’est retrouvé à nouveau seul.

J.N. : Est-ce que les messages sont différents ? Est-ce que le ton est différent ?

V. : Oui. Aussi le ton est différent. Dieu, en me permettant de converser avec la Sainte Trinité, essaie de nous transmettre une image réelle des trois Personnes divines, image qu’en ce siècle, nous commençons à perdre. À savoir que la Sainte Trinité n’est pas un vague concept mais une réalité bien vivante de trois Personnes.

J.N. : Vous pouvez caractériser la différence de ton entre les deux premières personnes de la Trinité ?

V. : Oui, parce que quand c’est le Créateur, le Père qui parle, comme je vous ai expliqué, il a le ton très paternel. Il parle comme un père, il a l’attitude d’un père et sa colère ressemble à la colère d’un père qui essaie d’inculquer un peu de bon sens à ses enfants. Quand il s’agit du Christ, c’est différent. C’est le Christ qui parle. Je le sens que c’est le Christ.

(Extrait de : Jacques Neirynck, L’énigme Vassula, ed. Favre, 26-27.)
Autres articles de la même Rubrique :