Mercredi, 20 mars 2019
Contact |  Plan du site |  Recherche
Accueil » Témoignages » De la part du clergé
P. Joseph Iannuzzi

Ceci est la transcription d’un entretien de douze minutes mis à notre disposition avec l’aimable autorisation de True Life in God Radio.

Je me nomme le révérend Joseph Leo Iannuzzi. Je viens de Rome, Italie, où j’ai suivi vingt et un ans d’études, entrecoupées de tâches pastorales à l’étranger.

J’ai récemment terminé une thèse de doctorat à l’université pontificale de Rome intitulée
« L’opération de la Divine Volonté et du vouloir humain dans les écrits de la servante de Dieu, Luisa Piccarreta – une étude sur la théologie des premiers conciles œcuméniques ainsi que sur la théologie patristique et scolastique ».

Je suis ici pour parler de l’importance des messages de la Vraie Vie en Dieu, tels qu’ils ont été dictés par Notre Seigneur à sa secrétaire, Vassula Ryden.

Pourquoi ces messages sont-ils importants ? Parce que l’unique révélation que le Christ a publiquement enseignée à ses apôtres, et que ses apôtres nous ont transmise (le kérygme des apôtres), fait continuellement l’objet d’explicitations par le Saint-Esprit que le Christ a promis de nous envoyer afin que nous puissions parvenir à la connaissance de « toute la vérité ».

Avant de quitter ce monde, Jésus a dit à ses disciples :

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
mais vous ne pouvez pas les porter à présent.
Mais quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
il vous introduira dans la vérité tout entière
 »
(Jn 16,12).

Les enseignements contenus dans les messages de la Vraie Vie en Dieu font partie de ces « choses », que le Saint-Esprit de vérité continue d’expliquer à Vassula. Bien que ces messages de la Vraie Vie en Dieu sur l’unité, l’amour, la miséricorde, l’intimité avec la Trinité et la sainte crainte de Dieu soient intégralement contenus dans l’Écriture, ils trouvent leur explicitation dans les textes de Vassula.

Nous trouvons dans l’Ecriture Sainte l’affirmation que, si toutes les paroles du Christ avaient été rapportées dans l’Écriture, il n’y aurait pas suffisamment de bibliothèques sur la terre pour contenir tous ses enseignements (Jn 21,25). – ce qui suggère que, bien que le Christ nous ait donné tout ce qu’il faut pour notre salut et notre sainteté, tout n’est pas compris en plénitude ni totalement « explicité ». Je rappelle ici le Catéchisme de l’Église Catholique qui stipule ce qui suit :

« Aucune nouvelle révélation publique n’est à attendre avant la manifestation glorieuse de notre Seigneur Jésus-Christ ».
Cependant, même si la Révélation est achevée, elle n’est pas complètement explicitée ; il restera à la foi chrétienne d’en saisir graduellement toute la portée au cours des siècles.
 » (CEC 66).

Dans cet article, on découvre le caractère progressif de la transmission (explicitation) de la Révélation publique. Si l’article 66 énonce, d’une part, que Jésus nous a révélé tout ce qu’il fallait pour notre salut et qu’aucune nouvelle révélation « publique » (le dépôt de la foi) n’était à prévoir, il affirme, d’autre part, que ce n’est pas la totalité du contenu de la révélation publique du Christ qui a fait l’objet d’un dévoilement « explicite » !

Les documents de l’Eglise des deux millénaires derniers témoignent, en outre, de la poursuite ininterrompue de cette transmission de la révélation publique : c’est ainsi que ces documents n’affirment jamais que la révélation divine s’est « terminée » avec le Christ, mais plutôt que la révélation publique du Christ « est achevée ». En fait, le terme « achevé » ne désigne pas du tout « une fin », mais signifie que le fondement de la révélation est établi dans le Christ une fois pour toutes.
Alors que la révélation privée ne peut jamais égaler la Sainte Écriture, car la Sainte Écriture est toujours le fondement irremplaçable et infaillible de notre foi, elle soutient l’Écriture et même la Tradition, dans leur mission d’ « explicitation » continue « au cours des siècles » et sous la direction du Saint-Esprit, des vérités révélées par Dieu.

Désormais, ce travail d’explicitation de la révélation par l’Esprit se fait au travers de la voix de l’enseignement officiel de l’Église (Magistère) et par la mission prophétique (par exemple, celle de Vassula, de qui l’Eglise d’aujourd’hui reçoit des révélations privées). Saint Paul situe cette mission immédiatement après celle de l’apôtre :
« Dieu a établi dans son Eglise premièrement les apôtres, secondement les prophètes, troisièmement les docteurs, quatrièmement des miracles … » (1 Cor 12,28.).

Pour mieux saisir la complémentarité entre les révélations publiques et privées, disons que l’œil humain représente la révélation publique et qu’une loupe représente la révélation privée.
Maintenant, si je devais regarder un brin d’herbe à simple vue d’œil, je ne verrais pas toutes les nervures de ce brin d’aussi près ni avec autant de détails qu’avec une loupe.
Ainsi donc, la révélation publique, représentée par l’œil humain, est précisée et explicitée par la révélation privée, représentée par la loupe.
Et c’est en ce sens que la révélation privée révèle à l’esprit humain ces vérités du Christ qui, tout en étant contenues dans une révélation publique unique du Seigneur, n’ont jamais été entièrement dévoilées ni comprises.

Que les révélations privées aient contribué à certaines formulations doctrinales chez les théologiens scolastiques est un fait évident, dans les écrits des saints Thomas d’Aquin et Bonaventure, qui ont tous deux fait référence à des révélations privées pour demander que soit institué le sacrement de la Confirmation.

De même, les mystiques Brigitte de Suède et Catherine de Sienne ont exhorté le vrai pape à quitter Avignon pour revenir à Rome, et devinez quoi, le pape les a écoutées, soulignant ainsi l’importance des révélations privées.
Ce ne sont que quelques-uns des nombreux exemples qui nous disent pourquoi les révélations privées de l’Église – quand elles sont prises en considération par des dizaines de théologiens et d’évêques, comme ceux qui entourent Vassula – sont d’une si grande valeur aujourd’hui, car elles font partie du déploiement continu de la révélation publique du Christ.

L’importance de ces révélations est, de plus, attestée par les conséquences spirituelles dévastatrices qui auraient prévalu si l’Eglise les avait ignorées :

Si l’Église avait méconnu les révélations privées de sainte Marguerite-Marie, nous n’aurions pas l’assurance donnée par le Christ d’une mort paisible, en état de grâce, avec la grâce de la pénitence finale (cf. Douzième promesse des Dévotions du Premier Vendredi du mois).
Si l’Église avait ignoré les révélations privées de sainte Faustine, nous n’aurions pas la Fête de la Miséricorde Divine qui accorde la rémission totale de tout péché et de tout châtiment.
Si l’Église avait ignoré les révélations privées de la Servante de Dieu, Luisa Piccarreta, nous n’aurions pas ce nouveau cadeau mystique qu’est le livre « Vivre dans la Divine Volonté ».

Comme par le passé, aujourd’hui aussi, le Christ vient à nous par son prophète Vassula avec un message d’unité. Il veut que nous nous rassemblions sous la seule bannière de Jésus-Christ. Le Christ nous appelle tous à l’union, à travers ces messages de la Vraie Vie en Dieu, par la voie de l’amour.

Toutefois, il demande à tous de plier. Il nous rappelle qu’il ne brisera jamais notre volonté humaine. Par conséquent, il veut que nous pliions librement nos volontés pour que nous puissions choisir l’unité et, ce faisant, forger ensemble notre amour et notre compassion pour nous rejoindre sous la seule bannière du Christ.

Cette unité, cependant, ne discrédite en rien les rites propres à chaque dénomination, qu’elle soit orthodoxe, protestante ou catholique. Elle respecte ces rites.
La poursuite de ces rites est encouragée mais nous devons nous unir dans notre foi commune. Pourquoi ? Parce que la devise de Satan est « diviser pour régner », alors que la devise de Jésus est « unir pour régner » ! Donc, en nous unissant dans une seule foi, nous allons conjurer la catastrophe imminente qui menace notre monde d’aujourd’hui et la foi de nos enfants.

Si nous nous unissons, nous aurons plus d’impact dans le monde politique et l’arène religieuse, et nous nous disposerons à accueillir l’ère de paix que Notre-Dame a prophétisée à Fatima.

Par conséquent, nous pouvons respecter et embrasser avec ferveur l’iconographie de l’Eglise orthodoxe orientale, qu’elle considère, à bien des égards, comme une source de révélation, et accueillir l’héritage, si profondément riche, de ses écrits sur la « divinisation » et l’union mystique avec la Trinité.
Nous pouvons respecter et faire nôtre les contributions scripturaires des Protestants et leurs dons charismatiques, bien préservés, qui nous permettent d’approfondir notre foi et de développer les dons reçus à la Confirmation.

En somme, Catholiques, Orthodoxes, et Protestants, frères en Christ sous le regard de Dieu, sont tous invités, par le Fils de Dieu lui-même, à s’unir dès MAINTENANT sous la seule bannière de Jésus-Christ.

Sans établir de supériorité ni d’infériorité parmi ces différentes fonctions que nous occupons tous dans l’Église, nous pouvons humblement reconnaître que nous sommes tous égaux aux yeux de Dieu, tout en effectuant des tâches différentes. Et tout ce que nous devons faire est de plier librement nos volontés humaines afin que la Volonté Divine de Dieu puisse régner en nous.

Tout ce qu’il faut, c’est deux choses : l’intention et le désir. Nous devons avoir l’intention de nous unir et le désir d’y arriver. Puis, peu à peu, nous allons commencer à établir sur la terre la Nouvelle Jérusalem, les Nouveaux Cieux et la Nouvelle Terre.
Compte tenu de ce qui précède, on peut facilement voir que les messages de la Vraie Vie en Dieu sont partie intégrante des enseignements et des traditions scripturaires de l’Eglise.

Ces messages ne s’adressent pas à un passé millénaire : ils sont pour aujourd’hui ! La manière dont Dieu a parlé par ses apôtres et par ses prophètes, est celle des messages actuels de Vassula. Rendons grâce à Dieu le Père pour ces révélations de son Fils Jésus-Christ à travers sa secrétaire de la Vraie Vie en Dieu, Vassula Ryden, qui écrit sous la motion du Saint-Esprit. Recevons ces textes avec un esprit de docilité à l’Esprit de vérité qui parle à son Église aujourd’hui.

Que Dieu vous bénisse.

Rev. J. L. Iannuzzi

Autres articles de la même Rubrique :