Mardi, 24 octobre 2017
Contact |  Plan du site |  Recherche
Accueil » F.A.Q. » La réaction de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF)
Vassula et le Cardinal Ratzinger (P. Lars Messerschmidt, Vicaire général de l'Eglise catholique du Danemark)

Le 10 juillet 2004, le Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le Cardinal Ratzinger, a envoyé une lettre à de nombreux évêques concernant le jugement de la même Congrégation sur Vassula Rydén, qui a visité plusieurs pays nordiques du 2 au 11 octobre 2004.

Une brève présentation de Vassula pour ceux qui ne la connaissent pas : Elle est née en 1942 en Egypte, de parents grecs, appartenant à l’Eglise Grecque-Orthodoxe. Après avoir été mariée à un Suédois, elle parcourut le monde, appartenant aux classes sociales aisées. Elle n’était pas une chrétienne pratiquante. En 1985, alors qu’elle vivait au Bangladesh, elle a rencontré Dieu d’une manière spéciale qui fut le commencement d’une profonde vie chrétienne. Jésus est véritablement entré dans sa vie et elle a commencé à écrire ses conversations quotidiennes avec Lui. Vassula entend la voix de Jésus, mais la chose étrange concernant cette communication qui continue à ce jour, est que Jésus guide en même temps sa main, c’est-à-dire que c’est Lui qui écrit Ses messages, en utilisant sa main. On le voit très clairement dans les manuscrits qui ont été publiés. Plusieurs théologiens renommés ont écrit sur cette écriture manuelle qui, en tant que phénomène, diffère en de nombreux points de l’écriture dite "automatique". Depuis lors, elle a parcouru le monde en témoignant sur la base de ses écrits qui portent le nom de Vraie Vie en Dieu.

Le 6 octobre 1995, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a émis une Notification en réponse à plusieurs évêques et fidèles catholiques qui avaient écrit pour avis. La Congrégation pour la Doctrine de la Foi décida à cette époque de mettre en garde les fidèles de ne pas considérer les écrits de Vassula comme surnaturels et mit en question certaines expressions dogmatiques qui s’y trouvent. La Notification souleva une tempête de protestation de la part de théologiens renommés qui étaient convaincus de l’authenticité des écrits. Ces deux dernières années, une communication a eu lieu entre la Congrégation et Vassula, dont le résultat est le document du 10 juillet 2004 à un certain nombres de Conférences Episcopales qui avaient exprimé un souci particulier de voir clarifiée l’opinion de la Congrégation sur Vassula. Le document est cette fois signé par le Cardinal Ratzinger lui-même. Il mentionne dans la lettre que Vassula, dans ses réponses à la Congrégation, reproduites dans le volume 12 de True Life in God "fournit d’utiles clarifications concernant sa situation matrimoniale ainsi que sur certaines difficultés qui, dans ladite Notification, avaient été avancées à l’égard de ses écrits et de sa participation aux sacrements".

Cette déclaration semble plutôt laconique mais, sur la base de la Notification de 1995, elle signifie que la Congrégation est satisfaite de ses réponses et ne maintient plus les réserves dogmatiques formulées contre elle. De manière compréhensible, la Congrégation s’abstient de conclure si Vassula est vraiment l’instrument de Dieu mais laisse plutôt ce soin à l’évêque, prêtre ou croyant individuel de formuler son propre jugement ; le document dit seulement que les évêques, si nécessaire, doivent donner des indications pour les groupes de prière oecuméniques que Vassula organise.

Il y a d’abondants témoignages de différents confessions chrétiennes et même de non-chrétiens, indiquant qu’en lisant et en écoutant Vassula, des gens sont venus à une foi réelle et profonde en Christ. Jésus dit que les choses spirituelles doivent être jugées par leurs fruits. Il ne peut y avoir aucun doute que les fruits des activités de Vassula sont bons, mais chacun doit discerner si elle est l’un des instruments de Jésus Christ aujourd’hui. Sur la base de la courte lettre du Cardinal Ratzinger, il n’y a pas l’ombre d’un doute qu’un Catholique peut avec une conscience claire considérer Vassula comme envoyée de Dieu. Bien sûr, chacun est libre de ne pas le faire, mais il n’est plus possible de poser des fondements dogmatiques pour la rejeter. Pour juger les choses spirituelles, on a besoin d’écouter son coeur. La liberté et le respect des opinions d’autrui sont impératifs lorsque l’on traite d’apparitions et de prophéties.

le 20 octobre 2004

P. Lars Messerschmidt
Eglise catholique du Danemark

Autres articles de la même Rubrique :
6. Commentaires sur la Notification
7. CDF : contenu du dialogue avec Vassula